L’Oeil éveillé du paysage

Par la fenêtre de la maison où j’écris, la montagne se dresse au bout de l’horizon, les arbres s’abandonnent aux vents, la lumière vacille en un mouvement qui rappelle celui des vagues et, au loin, les nuages tracent des figures indéfinies.

Recueillir le monde

Mai 2016 - Créer. Issu du latin creare, ce mot évoque une mise au monde, la capacité d’engendrer, de tirer quelque chose de nouveau à partir de ce qui existe.

Le rêve humain…

16 février 2016 - Nous marchons au milieu d’un monde fracassé. Réalité virtuelle, consommation effrénée, recherche de profit, déshumanisation des liens et dévastation des lieux, la liste est longue pour décrire l’horizon actuel de nos vies.

J’ouvre les volets

Septembre 2014 - Umbertide, Italie. Comme si le chas de l’aiguille s’était rétréci, comme si le fleuve se transformait en un lac, comme si les vents devenaient un souffle léger à l’oreille des heures… La vie a cessé de tourbillonner. Les pas, plutôt que de se superposer,

Recommencements

- 31 décembre 2013 - Sur la pointe d’aiguille du temps, un minuscule événement survient: le Nouvel An. Il sera minuit dans quelques heures, dans quelques minutes à peine, déjà il est minuit, minuit une, – le futur a basculé dans le passé. Je ferme les

Chronos IV

Au moment où paraîtra cette chronique, il est probable que le Canada soit dirigé par un gouvernement conservateur, et, si la tendance se maintient, que ce gouvernement ait été élu majoritaire. À la suite de cette élection, le projet de loi C-32 aura toutes les

Chronos III

- 8 décembre 2010 - À Tokyo comme à Liverpool, à New York comme ailleurs dans le monde, on soulignait avec ferveur et émotion le 30e anniversaire de la mort de John Lennon

Chronos I

- 11 octobre 2010 - Il y a de nombreux bonheurs à vivre à Montréal. Je les découvre depuis quelques mois : rencontres improvisées avec les ami-es, concerts, musées, librairies, bistros et cafés, tout est là, à portée de regard, de main, de cœur. Et parmi ces

Chronos II

- octobre 2010 - Saint-Malo Après quelques jours passés à Saint-Malo où je participais aux « Rencontres poétiques de Bretagne », je rentre à Paris. Le train est bondé, on se croirait dans un pays en guerre